Histoire du meuble (suite)

VICTORIAVILLE UPHOLSTERING LTD

Raymond Piché est initié au métier par son père et son-grand père qui ont travaillé un à la Canada Mattress Co. et l’autre à la Canadian Rattan Chair Co. En 1943, il s’associe à son père Roméo qui gère, depuis 1938, un atelier de rembourrage, devenu plus tard "J.R. Piché & fils".

La compagnie Victoriaville Upholstering a été fondée en 1952 par Raymond Piché et Jean-Marc Béliveau. Au début, la compagnie se spécialise dans le rembourrage général pour l’automobile et dans la fabrication de meubles sur mesure pour hôtels et restaurants.

Après plusieurs déménagements, la compagnie s’installe finalement, en 1962, dans les anciens locaux de la Standard Bedstead (rue De Bigarré) dont elle devient propriétaire en 1964. Dès 1958, l’entreprise s’empare du marché national alors que l’avènement de la télévision favorisait la vente de fauteuils individuels et inclinables. Nécessité obligeant, on organise la production selon les normes de contrôle scientifique et la compagnie progresse jusqu’à employer 80 personnes. En 1972, Victoriaville Upholstering passe aux mains de Victoriaville Specialties de Lucien Arcand. Malheureusement, cette association marque la fermeture de l’entreprise, en 1977, avec la faillite du complexe.

Après avoir travaillé deux ans chez Bombardier, Monsieur Piché revient à Victoriaville et achète Royal Chesterfield de Meubles Radisson (Princeville Furniture) et fonde les Sièges Victoriaville. Par malchance, les années 1980 avec son inflation galopante, ont raison de sa ténacité et il est obligé encore une fois de fermer boutique. Toutefois ces échecs successifs ne viennent pas à bout de la tradition familiale dans le rembourrage, et Raymond Piché, avec ses fils, Raymond junior et Jacques, lancent Mobilier Flirt, situé d’abord à Sainte-Clothilde, puis à Princeville depuis 1994. Actuellement, l’entreprise répond aux commandes de décorateurs et produit en sous-traitance pour d’autres usines.

Monsieur Piché travaille à mettre au point un nouveau mécanisme de fauteuil berçant. C’est ainsi, qu’à 78 ans, il réussit à obtenir son premier brevet pour un fauteuil à billes inclinable. Cet homme énergique et inventif fait l’admiration de toute sa famille et constitue un modèle de détermination et de passion du travail pour toute la collectivité.

VICTORIAVILLE SPECIALTIES CO. LTD

La compagnie Victoriaville Specialties Co. Ltd est fondée en 1943, par Lucien Arcand, avec les deux frères Larivière, Josaphat et Charles-Édouard, et Albert Morissette. Lucien Arcand arrive à Victoriaville en 1938, avec l’implantation de la succursale du magasin de meubles Légaré de Québec, où il occupe le poste de gérant, après y avoir travaillé comme vendeur pendant quelques années. Les frères Larivière, natifs de Daveluyville, travaillent à l'usine de Victoriaville Furniture à cette époque et bricolent ensemble dans un petit atelier adjacent à leurs maisons quand ils rencontrent Lucien Arcand qui leur place quelques petites commandes pour le magasin Légaré. Charles-Édouard se retire quelque temps plus tard mais Josaphat travaille à l’organisation et à la supervision de la production jusqu’en 1963.

Albert Morissette, déjà inspecteur d’école, accepte de se joindre au trio en 1943, pour devenir le directeur et le secrétaire de la compagnie jusqu’en 1961.

Lors du lancement de leur entreprise, ils commencent à produire des meubles dans un petit local octroyé par la ville sur la rue Monfette. Les débuts sont très modestes alors que les petits moteurs pour les outils électriques servent autant pour l’usage domestique des familles (machine à laver) que dans l’usine-atelier. Des petites tables d’appoint pour le salon sont les premiers meubles fabriqués pour répondre à une demande des magasins Légaré. Ils ne tardent pas à produire des coffres en cèdre et des armoires garde-robes. Bientôt, des commandes pour des mobiliers de chambre et de salle à manger s’ajoutent. En 1944, la compagnie compte 62 employés.

En 1956, dans le document Les Cantons de l’Est, on décrit l’établissement comme une vaste bâtisse entièrement à l’épreuve du feu, construite d’armature métallique et de béton, d’une superficie de 60 000 pieds carrés, sur un seul étage avec entrepôt au sous-sol. On compte 180 employés cette année là.

En 1963, Lucien Arcand réalise un de ses rêves et achète l'entreprise Victoriaville Furniture Co. Ltd, avec la collaboration de Gérard Lavoie dit «Gerry» comme contrôleur et de Jacques Frégeau au poste de gérant des ventes et du marketing.

Gerry Lavoie avait déjà joint Victoriaville Specialties en 1950. La présence de cet administrateur avisé est très apprécié, aidant à surveiller et à maintenir la santé financière de l’entreprise. M. Lavoie était précédemment consultant externe pour la Banque Nationale. Il se retire de la compagnie pour prendre sa retraite en 1970.

Jacques Frégeau, natif de Montréal, arrive au service de la compagnie en 1958, avec une bonne expérience dans la vente. Pendant quelques années il est vice-président de la compagnie et, à partir de 1963, à titre de gérant du marketing il dirige une équipe de 20 vendeurs répartis à travers tout le Canada. Il quitte l’entreprise en 1976.br>
Victoriaville Specialties Tout en maintenant des gestions distinctes, les deux entreprises unissent leurs efforts pour obtenir des prix intéressants dans les fournitures et les matières premières. Après une modernisation significative des installations et la production de nouveaux modèles, ces deux compagnies connaissent une croissance fulgurante. L’exploitation de salles de montre permanentes à Québec, Montréal, Toronto et Victoriaville permet de rencontrer sur place les marchands et de leur présenter les produits, stratégie très efficace à l’époque. On accentue également la mise en marché par une présence assidue dans les salons du meuble annuels de Toronto, Montréal et même New York.

Les principaux clients sont alors Sears, Eaton, et Simpson qui vendent par catalogue. Dans l’ouest, où s’écoule 60 % de la production, on vend chez Brick Warehouse et chez Leon’s. L’Ontario et les Maritimes achètent 15 % des produits et le Québec 25 %. Avec des marques de commerce comme Viscol pour des meubles imprimés et la marque VicArt pour des meubles plaqués plus dispendieux, on peut rejoindre tous les budgets.

En 1972, survient l’achat de Victoriaville Upholstering (ameublement de salons et meubles rembourrés) permettant d’augmenter la gamme des produits disponibles. Cette même année, on met sur pied un département de recherche et ouvre un plan de fabrication d’appliqués en polyuréthane. Cette nouvelle usine "Polydesign" s’installe dans le parc industriel, sur la rue des Artisans et s’adjoint un énorme entrepôt pour recevoir les meubles des trois usines.

En 1974, on ajoute l’usine de Dubo-Meubles au complexe industriel existant qui ferme ses portes deux ans plus tard, en 1976.

Les meilleures années de production se situent dans les années 1972-1974 où on embauche plus de 800 employés dans toutes les usines affiliées, avec un chiffre d’affaires avoisinant les 22 millions de dollars.

La prospérité déclenche les revendications des ouvriers qui souhaitent partager la part du gâteau. L’année 1975 est marquée par une grève importante d’où les employés sortent vainqueurs, avec une augmentation salariale qui entraînera peu à peu la compagnie en dehors du marché concurrentiel. Pour s’adapter aux nouveaux coûts d’opération, on doit augmenter le prix de vente des produits finis et la qualité des meubles en est aussi affectée. On accuse un grand retour des meubles qui ne répondent plus aux normes des acheteurs. Les grands commerçants annulent les commandes ou ne renouvellent pas; les stocks s’accumulent et l’argent ne circule plus. Comme la réalisation de ce méga projet a nécessité de lourds emprunts, la dette augmente et les obligations deviennent impossibles à rencontrer.

En 1977, la Banque Canadienne Nationale réclamant son dû, les usines de Lucien Arcand doivent déposer leur bilan et fermer leurs livres. Cela entraîne la chute de Victoriaville Furniture, de Victoriaville Specialties, de Victoriaville Upholstering et de Polydesign.

 

< 1 2 3 4 5 6 >