Patrimoine religieux

Paroisse St-Christophe

Une première chapelle, la Chapelle des Bras, fut construite en 1843 sur la proposition de l'abbé Clovis Gagnon. Elle fut érigée sur le site actuel du CÉGEP de Victoriaville. À ce moment-là, il n'y avait ni paroisse ni municipalité. La municipalité de St-Christophe d'Arthabaska fut fondée en 1846.

En 1849, la chapelle existante étant devenue trop petite, on construisit un presbytère chapelle sur un nouveau site. Les fidèles choisirent l'emplacement actuel du stationnement de l’église.

christ01 christ02 (4K) La population croissant, il fallut songer, dès 1851 à ériger une église plus grande encore. Le 24 septembre 1851 vit l'érection canonique de la paroisse St-Christophe et la nomination du premier curé résidant, l'abbé Ph. H. Suzor.

Au début d'octobre, on procédait à la bénédiction d'une nouvelle église de 75 pieds X 40 pieds à l'endroit de l’église actuelle. La paroisse comptait 350 communiants et une dizaine de maisons composaient le village.

En 1871, la même année où Wilfrid Laurier est élu député fédéral de Drummond-Arthabaska, les marguilliers de la paroisse accordèrent le contrat de la construction de l’église aux entrepreneurs Marcotte et fils selon les plans de l'architecte Joseph-Ferdinand Peachy de Québec. Élève le plus doué de Charles Baillargé, celui-ci avait déjà réalisé les plans de 6 églises au moment où on lui confia la responsabilité de produire les plans de l'église St-Christophe d'Arthabaska. Ces plans ne comportaient pas, cependant, la décoration intérieure.

L’extérieur fut complété le 15 juillet 1875 et la bénédiction par Mgr Laflèche, évêque de Trois-Rivières donna lieu à une grande fête

christ03 (16K) En 1876, on déménagea l'ancien presbytère chapelle de l'autre côté de la rue face au presbytère actuel. Cette maison devint à partir de ce jour la résidence du sacristain. Elle existe encore et est habitée par le bedeau.

Un nouveau curé remplaça le curé Suzor en 1878. Il s'agissait de M. J. Napoléon Héroux. Celui-ci occupera le poste durant 7 ans. Sous son ministère on installera dans le jubé le premier orgue des Bois-Francs.

Le contrat de la décoration fut confié à M. Joseph-Thomas Rousseau, artiste-peintre de St-Hyacinthe spécialisé dans ce type de travaux, qui avait déjà bon nombre d'églises et de chapelles à son crédit. Celui-ci forma une équipe d'artistes pour réaliser avec lui les oeuvres prévues sur les plans et devis. D'ailleurs, Henri-Maurice Perreault et Albert Ménard, architectes de Montréal, ont préparé six des neuf plans et les trois autres sont l'oeuvre de J.-Thomas Rousseau lui-même. Un jeune homme de 18 ans, d'Arthabaskaville, à l'instigation de l'abbé Suzor, frère de sa mère, figurait parmi la liste des collaborateurs de Rousseau. Il s'agit de Marc-Aurèle Suzor-Côté dont la renommée n'était pas encore faite.

En 1900, arriva un nouveau curé, Louis-Alfred Côté, qui restera en fonction pendant 38 ans. En 1938, les paroissiens le voient partir avec émotion et regret. Il connaissait tout le monde ayant baptisé et marié un très grand nombre d'entre eux.

christ04 Le 18 mai 1941, on procéda à l'inauguration d’un nouvel orgue Casavant de 32 jeux. On fait aussi installer un système électrique pour sonner les cloches.

En prévision du centenaire de l'érection canonique de la paroisse St-Christophe, en 1951, on fit faire des travaux de restauration, de lavage et de peinture. On célébra le centenaire par des fêtes mémorables qui durèrent cinq jours, du 28 juin au 2 juillet de la même année.

christ05 (7K) Des travaux de réaménagement furent entrepris en 1967 et 1968. Pour s'adapter, semble-t-il, au renouveau liturgique de Vatican II, il a fallu détruire le maître-hôtel et le grand baldaquin, la chaire, la longue balustrade et les deux rangées de stalles bordant le choeur.

Des restaurations majeures ont été entrepris en 1990 et se sont échelonnées sur plusieurs années. Ces restaurations comprenaient, entre autres, la réparation des vitraux, la réfection de l’orgue, la restauration des oeuvres d’art, la reconstruction du maître-autel, de la chaire et du plancher du sanctuaire.

En 2001, le Ministère de la Culture du Québec reconnaissait l’église St-Christophe comme monument historique du patrimoine religieux bâti.

christ06 (17K)

< 1 2 3 4 >