Patrimoine religieux (suite)

Paroisse Ste-Victoire

vict01 La paroisse de Ste-Victoire fut fondée en 1863. La même année, un décret de l’évêque permettait la construction d’une église et d’une sacristie en bois sur la terre de Louis Foisy. Elle fut ouverte au culte le 23 septembre 1865. Surmontée d’un clocher de 100 pieds, cette première église mesurait 110 pieds de longueur par 61 de largeur et 52 de hauteur. Son emplacement se trouvait entre l’église actuelle et le Couvent de Notre Dame.

vict02 Le premier curé de la paroisse Ste-Victoire, l’abbé Calixte Marquis, fut nommé le 18 septembre 1865. Depuis l’automne de 1864, le vicaire de St-Christophe, l’abbé Adolphe Barolet, venait desservir les fidèles de la nouvelle paroisse. L’abbé Marquis n’était pas résident à Ste-Victoire, il demeurait à St-Célestin et venait à Victoriaville pour les affaires importantes. Le premier curé résident, l’abbé Joseph-Napoléon Héroux, fut nommé en 1867 et il y demeura pendant plus de dix ans.

vict03 La figure du 3e curé de la paroisse, l’abbé Uldoric Tessier, est devenue légendaire. Il fut curé de Ste-Victoire de 1886 à 1906. Il fit venir les Frères du Sacré-Cœur pour l’instruction des jeunes, il dirigea la construction de l’église actuelle, il contribua à ériger l’Académie St-Louis-de-Gonzague, à fonder le Collège commercial de Victoriaville et il prêta son secours moral et financier à beaucoup d’autres œuvres.

Ce qui fait que la mémoire de l’abbé Tessier s’est perpétuée et qu’encore de nos jours, on parle de lui, c’est qu’il fut vraiment un homme de Dieu. Un fait marque bien le culte que l’on vouait à l’abbé Tessier : alors qu’il reposait en chapelle ardente, on s’aperçut que des gens, munis de lames, coupaient sa soutane pour garder une relique de celui qu’ils avaient tant apprécié.

vict04 La construction de l’église actuelle a débutée en 1896. Au cours de la construction, on eut à déplorer deux terribles accidents : l’effondrement du clocher principal et la chute d’un ouvrier qui travaillait à la couverture du petit clocher de gauche. L’église fut terminée en juillet 1900 et fut bénie par Mgr Gravel, évêque de Nicolet, le 29 juillet de cette même année.

vict08 Une autre figure de proue de la paroisse Ste-Victoire fut monseigneur Onil Milot. Il fut nommé curé en 1913 et y demeura pendant 34 ans. Prêtre d’une imposante dignité, d’une énergie indomptable, d’une piété toujours édifiante, il a mérité la vénération qui entoure sa mémoire. Très attaché à la paroisse Ste-Victoire, monseigneur Milot voulut y être inhumé. Les fidèles accédèrent à sa demande et son tombeau est toujours accessible en dessous de l’autel de la Sainte Vierge.

vict05                 

                 

Depuis 2004, les paroisses St-Gabriel-Lalemant, Sts-Martyrs-Canadiens et Ste-Victoire sont regroupées sous le nom de la Paroisse Ste-Trinité.

 

< 1 2 3 4 >