Patrimoine religieux (suite)

Paroisse Sts-Martyrs-Canadiens

martyr01 La paroisse Saints-Martyrs-Canadiens fut érigée en août 1939 par Son Exc. Mgr Albini Lafortune, qui lui assigna pour territoire la partie de Victoriaville située au sud de la voie ferrée et le secteur rural compris entre les limites de la ville et celles d'Arthabaska. La population, cédée par Sainte-Victoire, la paroisse mère, était de 4,266 âmes.

La première messe fut célébrée dans le garage Baril acheté par la Fabrique et converti en chapelle par M. le chanoine Alcide Pellerin, à qui succéda Mgr Alphonse Roux, d'abord comme administrateur en 1951, puis comme curé en 1952.

martyr02 L’église actuelle a été bâtie sur la terre des fondateurs de Victoriaville, Olivier Perreault et son épouse Maria Levasseur. Sa construction a débuté en avril 1953 pour se terminer en 1954. L'architecte fut Maurice Roux et l'entrepreneur, Robidas Construction. Son Exc. Mgr Albertus Martin, évêque de Nicolet, avait présidé à la consécration du carillon de quatre cloches Paccard offert par les paroissiens.

Installé en 1955, l'orgue tout harmonique Casavant fut inauguré par un concert sacré de M. Raymond Daveluy après que Mgr Origène Grenier eût béni l'instrument.

martyr03 martyr04 De style classico-moderne, l'église compte parmi les beaux édifices religieux du Canada. Elle représente un effort de création architecturale à la fois respectueux de la tradition et soucieux d'originalité. Dans la pureté des lignes, l'harmonie des proportions, la légèreté et la symétrie des flèches, le rythme et l'équilibre des masses, les visiteurs retrouvent avec joie les éléments essentiels de la beauté artistique. Ils ont également plaisir à découvrir tant à l'extérieur qu'à l'intérieur de l'édifice ce qui lui confère un air de nouveauté: clochers ouverts sur le ciel et soulevés au-dessus du toit par des colonnes, portiques latéraux incorporés à la façade pour lui donner de l'ampleur, fenêtres horizontales allégeant les longs pans peu élevés, clocheton à la croisé des transepts, arcs irréguliers dont la pointe est coupée par des triangles, nef débouchant sur un sanctuaire de même largeur.

Depuis 2004, les paroisses St-Gabriel-Lalemant, Sts-Martyrs-Canadiens et Ste-Victoire sont regroupées sous le nom de la Paroisse Ste-Trinité.


Paroisse St-Gabriel-Lalemant

Le 8 juillet 1953, l'évêque du diocèse de Nicolet, Mgr Albertus Martin, signait l'autorisation d'ériger une église dédicacée à St-Gabriel-Lalemant sur un territoire détaché de la paroisse des Saints-Martyrs-Canadiens. Ce territoire sera agrandi en 1960 et 1965.

gabrie01 (8K) Le 27 août 1953, la paroisse accueillait le curé fondateur, Monsieur l'abbé Antonio Parenteau. Il arrivait de la cure de Manseau après une vingtaine d'années consacrées à l'éducation au petit séminaire de Nicolet. Il avait aussi fondé l'externat classique de Drummondville en 1947. Il sera plus tard un des principaux instigateurs des fêtes du centenaire de Victoriaville en 1961.

En attendant l'église, deux lieux de culte étaient à la disposition des paroissiens, soit la chapelle St-Gabriel sur la rue Côté et le théâtre Victoria, de monsieur Uldéric Allaire, qui s’élevait sur le boulevard Carignan. Le premier baptême fut célébré le 28 août 1953 pour accueillir Bernard Croteau, le fils de Pierre-Paul Croteau et de Cécile Bernard.

gabrie02 (8K) gabrie03 (6K) Selon différentes sources, l'église fut construite en 1954 par l'entrepreneur J. Robert Noël selon les plans des architectes associés Émilien Bujold et Paul Labranche.

C’est une construction de brique et de pierre qui peut recevoir plus de six cents personnes dans un intérieure sobre, propice au recueillement et à la prière. Le 16 mars 1955, monsieur le Curé emménageait dans le nouveau presbytère.

Depuis 2004, les paroisses St-Gabriel-Lalemant, Sts-Martyrs-Canadiens et Ste-Victoire sont regroupées sous le nom de la Paroisse Ste-Trinité.


< 1 2 3 4 >